Inteligencia marroquí

Avatar de Usuario
Tritón
Jefe de Operaciones
Jefe de Operaciones
Mensajes: 664
Registrado: 24 Nov 2008 06:01
Ubicación: España

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por Tritón » 15 Dic 2008 12:26

Desacreditar al ex-presidente Aznar, objetivo de la inteligencia marroquí (que de tontos no tienen un pelo, ojo)

El espionaje marroquí investigó quién es el padre del hijo de Rachida Dati

Rachida Dati, de 43 años, es hija de una madre argelina y de un padre marroquí, ambos inmigrantes en Francia. De ahí que los marroquíes la consideren un poco suya y que su espionaje exterior -la Dirección General de Estudios y Documentación- haya investigado quién es el padre del hijo que la ministra francesa de Justicia dará a luz en enero . Ella se ha negado a desvelarlo.

La sorprendente conclusión de las averiguaciones de los espías marroquíes fue que el progenitor es el ex presidente José María Aznar, probablemente el político extranjero más abominado por el palacio real en Rabat. La publicación marroquí online L'Observateur lo escribió en su web en septiembre, pero Aznar se apresuró en desmentir su paternidad a través de un comunicado de FAES, la fundación que preside.

La publicación francesa online Bakchich Info desveló este fin de semana que el servicio secreto marroquí indagó la vida privada de Dati. Fundada por veteranos periodistas disidentes del célebre semanario Le Canard Enchaîné, la web se ha dado a conocer por sus noticias exclusivas, varias de ellas sobre Francia y el Magreb.

Su director, Nicolas Beau, y su redactora, Catherine Graciet, publicaron en 2006 un libro (Cuando Marruecos sea islamista, editorial La Découverte) en el que cuentan la "pinza" que el rey de Marruecos, Mohamed VI, y el entonces presidente francés, Jacques Chirac, formaron contra Aznar tras el desalojo, en julio de 2002, de los marroquíes del islote de Perejil del que se habían adueñado.

Sus afirmaciones sobre la "pinza" se basaron en varios informes de la Dirección General de Seguridad Exterior, el servicio secreto francés. Éste atribuía a Chirac la siguiente frase dirigida a Mohamed VI en octubre de 2002: "Es ahora o nunca cuando hay que actuar para oponerse a la penetración española en Marruecos". La actuación de la DGED marroquí ha sido criticada este otoño por las autoridades de los Países Bajos y de Bélgica.
Imagen

"Y hasta el Sol, que se oculta por el Poniente,
parece que ante España se rindiera..."

pagano
Jefe de Operaciones
Jefe de Operaciones
Mensajes: 4965
Registrado: 01 Abr 2007 22:30

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por pagano » 16 Dic 2008 19:46

Desde luego tienen al bigotón entre ceja y ceja, y buscarán la manera para atacarle, pero creo que encontrarán al padre del chiquillo más cerca del Elíseo que del bigotón.

cartledge
Jefe de Operaciones
Jefe de Operaciones
Mensajes: 1567
Registrado: 11 May 2007 00:45

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por cartledge » 16 Dic 2008 23:22

Bueno, bueno al expresidente se le ve últimamente sobrado. Los expresidentes se van a soltar la melena. Mirad a Felipe González. :P

pagano
Jefe de Operaciones
Jefe de Operaciones
Mensajes: 4965
Registrado: 01 Abr 2007 22:30

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por pagano » 18 Dic 2008 20:09

Pues el bigotón y su santa acaban también de ganar (en primera instancia) una demanda interpuesta contra Tele5 por decir que se separaban por asuntos de cuernos. La sentencia (que la cadena va a recurrir) condena al pago al expresi y su santa de 40 kilitos de pesetas además de que se ordena a la cadena que no vuelva a informar de temas personales de la pareja.

LIVIO2000
Jefe de Analisis
Jefe de Analisis
Mensajes: 410
Registrado: 22 Feb 2008 22:10
Ubicación: CASA
Contactar:

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por LIVIO2000 » 04 Ene 2009 21:33

En el enlace que os dejo, trata de como los Servicios Secretos Marroquies, estan actuando en Belgica en lo concerniente a los Belga-Marroquies implicados en el asunto Belliraj .


http://www.dhnet.be/infos/faits-divers/ ... maroc.html



.- Un saludo
LOS OJOS SE FIAN DE ELLOS MISMOS, LAS OREJAS DE LOS DEMAS

Avatar de Usuario
fyc
Agente Encubierto
Agente Encubierto
Mensajes: 149
Registrado: 07 Dic 2008 11:15

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por fyc » 23 Ene 2009 19:53

¿Sabeis si ha habido detenciones de agente marroquies en la peninsula en los últimos tiempos?

Komet
Apoyo Tecnico
Apoyo Tecnico
Mensajes: 81
Registrado: 08 Feb 2008 03:51

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por Komet » 25 Ene 2009 21:23

En la peninsula no se, pero en Canarias han habido al menos dos en los ultimos dos años.


Un saludo.

kilo009
Administrador
Mensajes: 7691
Registrado: 13 Nov 2006 22:29
Ubicación: Foro de Inteligencia
Contactar:

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por kilo009 » 25 Ene 2009 23:40

Noticias viejas pero interesantes:

El País, 20-06-1990

Un 'topo" pasó a Marruecos un documento secreto de Exteriores

Preocupación en el Gobierno por el espionaje de Rabat El Cesid alertó al subsecretario, Inocencio Arias

IGNACIO CEMBRERO - Madrid

EL PAÍS - España - 20-06-1990

La investigación abierta por el Ministerio de Asuntos Exteriores no logra 'cazar' al espía

España, Francia y el Magreb, objetivos marroquíes

Un topo infiltrado en el Ministerio de Asuntos Exteriores español ha suministrado a Marruecos un documento confidencial con el resumen de la conversación que mantuvieron recientemente el jefe de la diplomacia española, Francisco Fernández Ordóñez, y el número dos del Frente Polisario, Bachir Mustafá Sayed, según revelaron fuentes de la Administración. La existencia de este topo causa preocupación entre los responsables del Gobierno no sólo porque informa a Rabat, la capital con la que Madrid mantiene relaciones más difíciles, sino porque puede dañar la imagen de España entre unos aliados europeos y atlánticos que transmiten habitualmente documentos a las autoridades españolas, confiados en que no acaban en manos de un país tercero, Exteriores ha redoblado las medidas de seguridad para impedir que se repitan hechos de este tipo. El 16 de mayo pasado, Fernández Ordóñez recibió en la sede de su ministerio al responsable de relaciones exteriores del Frente Polisario. A la entrevista asistieron, por parte española, los directores de Africa y de la Oficina de Información Diplomática, Jorge Dezcallar y Juan Leña, respectivamente; el director del Instituto de Cooperación con el Mundo Arabe, Mariano Alonso Burón, y el subdirector del Magreb, Miguel Angel Moratinos, que fue el encargado de redactar un resumen de la reunión, enviado ese mismo día por telegrama cifrado al embajador de España en Rabat.

La investigación abierta por el Ministerio de Asuntos Exteriores no logra 'cazar' al espía

Tres días después de la entrevista, el jefe del principal servicio secreto español (Cesid), general Emilio Alonso Manglano, se puso urgentemente en contacto con el número dos de Exteriores, el subsecretario Inocencio Arias, para comunicarle que tenía la certeza de que el texto íntegro de ese telegrama cifrado obraba en poder de la Embajada de Marruecos en Madrid.

Manglano no precisó cómo había llegado a esa conclusión su servicio de inteligencia, pero sí señaló que estaba prácticamente seguro de que el documento había sido conseguido por la Embajada marroquí en Madrid y no a través de la Embajada española en Rabat.

En consecuencia, la filtración partía del Ministerio de Exteriores, donde sus sospechas se centraban en el servicio de cifra de los telegramas y en la dirección general de África, aunque tampoco se excluía a conserjes, mujeres de la limpieza, etcétera.

Reticencias del Cesid

Arias decidió abrir una investigación y para llevarla a cabo pidió ayuda al Cesid, pero Manglano contestó que, por muy discreta que fuese, la presencia de sus hombres en el palacio de Santa Cruz, levantaría sospechas y estimaron que sólo podían brindar al subsecretario un "apoyo externo" en sus pesquisas que, hasta el momento, no han dado ningún resultado.

El puñado de altos cargos de Exteriores que están al corriente de lo sucedido son escépticos sobre la posibilidad de cazar al espía y consideran que la lección a sacar de este incidente debe de consistir en reforzar la seguridad en su ministerio.

Aunque han sido mejoradas con motivo de la presidencia española de la Comunidad Europea en el primer semestre de 1989, las medidas de seguridad vigentes en Santa Cruz aún distan de las que imperan en otros ministerios europeos.

El contenido del documento objeto de espionaje es de escasa relevancia, ya que, según la información oficial facilitada en su momento, en la conversación entre los representantes españoles y saharuis se trató del aumento de la ayuda humanitaria y cultural.

Los próximos 2 y 3 de julio el jefe de la diplomacia española recibirá en Madrid a su homólogo marroquí, Abdelatif Filali, para preparar la cumbre bilateral que se celebrará en Marruecos en el segundo semestre de este año con la asistencia del presidente Felipe González.

España, Francia y el Magreb, objetivos marroquíes

España y Francia son, en Europa, junto con Argelia y Mauritania, en el Magreb, los principales objetivos del espionaje marroquí. En España, el interés de los agentes de Rabat se centra, por un lado, en la política exterior -fundamentalmente la posición sobre el Sáhara y el Magreb-, la defensa y Ceuta y Melilla, y, por otro, en la inmigración marroquí en Madrid, Barcelona, Andalucía y Canarias.Nada menos que cinco funcionarios adscritos a la Embajada de Marruecos y con pasaporte diplomático trabajan, según el semanario Interviú, para el espionaje marroquí. Su jefe es Nagib Walali Loudyi, acreditado como agregado comercial, y le secunda el agregado militar, coronel Mohamed Temsamani, residente en Madrid desde hace 14 años.

Pero la red más tupida de agentes marroquíes gravita en torno a los consulados en los que Rabat se apoyó para a mediados de esta década, fomentar asociaciones sociales o religiosas como Wedadia (Amistad). El objetivo es doble: encauzar a la inmigración y utilizarla también como fuente de información, sobre todo desde que descubrió que la revuelta de Nador de enero de 1984, en la que hubo que lamentar entre 100 y 200 muertos, fue en parte instigada por elementos integristas árabes asentados en Andalucía.

Ni que decir tiene que Marruecos es, a su vez, un objetivo prioritario de la inteligencia española, y el Centro Superior de Investigación de la Defensa (Cesid) cuenta con antenas no sólo en Casablanca, Rabat y Tánger, sino en Tetuán y Nador, para vigilar, entre otras cosas, los paseos por Melilla de uno de los responsables regionales de los servicios marroquíes, el coronel Mohamed Kaddur (véase EL PAÍS del 23 de agosto de 1987).

Durante años, Manglano contó por lo menos con un agente en el séquito del rey Hassan II, el coronel E. de Z., que daba clases de equitación a los hijos del monarca (véase EL PAÍS del 1 de junio de 1986).

Marruecos tiene, por último, una larga tradición de colaboración con la CIA norteamericana, cuyos cimientos puso el general Vernon Walters cuando conoció al príncipe heredero Hassan, siendo éste un adolescente. "El programa de asistencia de la CIA ayuda a Hassan a mantenerse en el poder", asegura el periodista estadounidense Bob Woodward en su libro Veil: Las guerras secretas de la CIA 1981-1987. A cambio de su apoyo, "Hassan permitía a la CIA y a la NSA [agencia de seguridad dependiente del Pentágono] una virtual libertad total de acción en su país".

Sólo en agosto de 1984, cuando se anunció la unión entre Libia y Marruecos, estuvo a punto de peligrar esta estrecha cooperación, pero el rey dio entonces "seguridades personales de que las actividades delicadas no serían expuestas a riesgo", y el presidente Ronald Reagan ordenó que continuase la ayuda. En cuanto surjan sospechas, precisó Reagan, la CIA deberá interceder directamente ante el monarca.


Detenido en Melilla un espía marroquí http://www.geocities.com/paginadeasr/melilla.htm
Saber para Vencer

Twitter

Facebook

Mueca
Jefe de Operaciones
Jefe de Operaciones
Mensajes: 543
Registrado: 14 Ago 2008 05:02

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por Mueca » 18 Mar 2009 21:01

Espero que este sea el mejor lugar para hablar de nuestros servicios en Marruecos, a juego con el asunto de la expulsión del jefe del CNI en Nador.

Voy a colgar un artículo publicado en Tel Quel n°250, en Diciembre de 2006:

Par Abdellatif El Azizi,

L’Espagne suit l’évolution de l’islamisme marocain avec beaucoup d’attention.

Le Maroc constitue aujourd'hui la première “cible” des services de renseignement espagnols. Premières préoccupations : le risque terroriste et la montée de l'islamisme radical.

C’est le quotidien ibérique El Correo qui a vendu la mèche, dans son édition dominicale : les services de renseignements espagnols viennent de renforcer leurs effectifs d'agents au Maroc, ainsi que dans quelques pays musulmans triés sur le volet. Le journal ajoute, citant le ministre de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, que le renforcement en question n'est pas tout à fait nouveau, puisqu'il remonte à mai 2005, déjà. Cela confirme, au moins, que le royaume figure en bonne place sur l'agenda des services secrets espagnols. Pourquoi le Maroc intéresse-t-il autant les espions ibériques ?

Unis contre le terrorisme

Drogue, présides occupés, Sahara, immigration clandestine… les dossiers chauds ne manquent pas dans le quotidien des agents secrets espagnols en mission au Maroc. Sur l'agenda du Centro nacional de inteligencia (Centre national d'intelligence, CNI), le royaume a officiellement la cote. “Pour Madrid, le Maroc est l'objectif numéro un en matière de renseignement. Ses services s'intéressent, par ordre d'importance, à la montée de l'islamisme en Espagne, l'émigration clandestine, Sebta et Melilia, le trafic de haschich et le dossier de la pêche”, précise un connaisseur des arcanes des services espagnols, qui ajoute que “les principales unités de contre-espionnage ont été d'ailleurs formées pour travailler spécialement sur le Maroc”.

Pour Abdelawahed Akmir, le directeur du Centre des Etudes Al Andalous du Dialogue des Civilisations, connaisseur des relations entre les deux pays, “qu'ils le veuillent ou non, le Maroc et l'Espagne sont prisonniers de leur géographie. La plupart des gros dossiers de l'actualité sont communs aux deux pays, notamment en ce qui concerne l'immigration et le terrorisme. Surtout depuis que l'enquête post-11 mars a conclu à la participation de Marocains aux attentats”.

Par ordre de priorité, le premier sujet de préoccupation des services espagnols concerne l'implantation des salafistes maghrébins dans la péninsule ibérique. La flambée du fondamentalisme dans la communauté musulmane en Espagne donne en effet des cheveux blancs aux policiers du gouvernement de Zapatero. Et depuis les attentats de Madrid, les services surveillent de très près les mosquées tenues par des organisations suspectes, où est véhiculé un discours intégriste. “Il semble que les Marocains se taillent la part du lion dans cette nébuleuse. Les agents du CNI, qui suivent l'enquête du post-11 mars, se sont d'ailleurs rendus à plusieurs reprises à Tétouan pour remonter la filière des Marocains qui se sont trouvés mêlés aux attentats”, rappelle le correspondant d'un hebdomadaire espagnol. Depuis quelques mois, des agents de renseignement espagnols, aiguillés par leurs homologues marocains, sillonnent les quartiers populaires de Tétouan. Objectif : remonter la filière marocaine qui fournit une grande partie des “moudjahiddine” pour l'Irak. Citant un responsable espagnol de la lutte antiterroriste, le journal El Pais avait indiqué, dans une récente édition, que “plus de 500 attaques-suicides ont été enregistrées en Irak depuis le début de la guerre. 90% de leurs auteurs étaient des étrangers, en majorité des Marocains”. C'est le cas de Mohamed Afalah, qui fut également impliqué dans les attentats de Madrid. Il avait réussi à fuir, gagnant l'Irak via la Belgique puis la Syrie, avant de se faire exploser à Bagdad en 2005.

Et comme si les “jihadistes” ne suffisaient pas, l'offensive des islamistes d'Al Adl wal Ihsane en Andalousie vient encore s'ajouter au menu du CNI. Le déplacement récent de Mohamed Abbadi, le numéro deux de la Jamâa de Yassine, avait justement fait l'objet d'une large couverture médiatique espagnole (Voir encadré).

Haschich connection

Le deuxième grand dossier de travail des services ibériques est bien évidemment le trafic de drogue. Les agents du CNI s'intéressent particulièrement aux connexions potentielles entre le trafic de haschich et le financement du terrorisme. Suscitée par les attentats de Madrid, cette passion subite est liée à la quasi-certitude que les jihadistes sont en collusion avec des trafiquants de drogue. C'est ce qui ressort clairement des conclusions du rapport d'enquête sur les attentats de Madrid : l'argent du trafic de drogue a non seulement renforcé la capacité de nuisance des organisations terroristes, mais il est établi, aujourd'hui, que les islamistes radicaux ne se privent pas de puiser dans la caisse du narco-trafic pour financer leurs actions en Europe.

Dans son édition du 4 avril 2006, le quotidien La Razón faisait état des préoccupations du CNI, qui “craint un processus de déstabilisation à la colombienne dans le nord du Maroc, en raison de l'alliance des jihadistes avec les barons de la drogue. Une alliance révélée après le démantèlement de cellules terroristes opérant dans les zones du nord”.

Sur des dossiers aussi chauds que la drogue ou l'immigration clandestine, les services ibériques n'hésitent pas à solliciter leurs confrères marocains. Une coopération notoire, que le ministre espagnol de la Défense lui-même avait, le 21 novembre, qualifiée d'excellente. José Antonio Alonso, qui s'adressait aux journalistes espagnols, a aussi révélé que la Direction générale des études et de la documentation (DGED, renseignements extérieurs marocains) et le CNI espagnol avaient créé une cellule permanente d'échange d'informations en temps réel. Une cellule qui a permis, entre le 15 mai et le 16 novembre 2006, soit en l'espace de six mois à peine, de faire échouer 148 opérations d'immigration clandestine. Le responsable espagnol a également évoqué l'échange d'officiers de liaison entre les deux pays. L'île de Fuerteventura, dans l'archipel des Canaries, devrait bientôt accueillir des officiers de liaison marocains et mauritaniens, alors que d'autres agents marocains seront affectés à Almeria.

Le bal des barbouzes

Voilà pour le côté cour. Côté jardin, il est de notoriété que les agents des deux pays se détestent cordialement. Résultat : le travail de concert n'est pas toujours facile. “L'activisme des services espagnols au Maroc est un secret de polichinelle. C'est acceptable, tant qu'ils restent dans les limites du renseignement classique. Mais ils vont trop loin : ils n'hésitent pas à recruter dans les milieux d'affaires, au sein de la société civile ou encore parmi les couples mixtes”, critique une source proche des renseignements marocains. Coups bas, opérations clandestines, intox… les relations entre les services secrets des deux pays sont marquées par des crises cycliques. Ainsi, durant l'automne 2004, le CNI aurait fourni l'essentiel des informations contenues dans l'ouvrage intitulé “11Mars, la vengeance”, de Casimiro Garcia-Abadillo. Le brûlot du directeur-adjoint du quotidien El Mundo accusait, ni plus ni moins, les services secrets marocains d'avoir téléguidé les terroristes du GICM pour commettre les attentats du 11 mars !

Dans ce bal des barbouzes, les Marocains ne sont pas en reste. À Rabat, les accusations de “tentatives de déstabilisation du trône alaouite” sont régulièrement exprimées. On reproche notamment aux agents ibériques de distiller des informations intimes sur la famille royale dans les magazines people espagnols, de protéger certains gros bonnets de la drogue du Rif, voire de faire montre d'un interventionnisme flagrant dans le nord du pays.

Réponse du berger à la bergère, le CNI voit également d'un œil suspect l'existence d'une antenne de la DST, les services de renseignements intérieurs, au sein de l'ambassade marocaine à Madrid. Ainsi, en septembre 2005, la commission d'enquête sur les attentats du 11 mars avait même exigé un rapport détaillé sur l'activité des services secrets marocains sur le sol espagnol.

Toujours est-il que la sensibilité des dossiers communs, du Sahara à l'immigration clandestine, en passant par le trafic de drogue et le terrorisme, impose aux deux parties une collaboration étroite, qui a encore de beaux jours devant elle.

Cartographie. Le modus operandi des agents du CNI

Le gros des troupes est concentré dans le nord du Maroc, où les agents du CNI émargent aux consulats de Tanger, de Tétouan et de Nador, sans évidemment oublier Sebta et Melilia. Mais les services espagnols sont également présents dans la capitale, ainsi que dans les provinces sahariennes. À Rabat, le chef d'antenne du CNI, qui sert également d'officier de liaison avec les services marocains, adresse un rapport mensuel sur la situation politique, économique et sociale du Maroc. Les “conseillers” du ministère de l'intérieur, qui sont détachés dans les différents consulats, travaillent plutôt dans l'urgence puisqu'ils sont chargés de faire remonter immédiatement toute information sensible directement au ministère de l'intérieur ibérique.

Quand aux agents du renseignement qui dépendent de la Guardia civil, leur rôle consiste à glaner de l'information ayant trait aux intérêts espagnols dans le royaume. Des informations essentiellement axées sur la protection du personnel diplomatique, des hommes d'affaires, et des bâtiments consulaires.

Al Adl Wal Ihsane. Les pérégrinations de Abbadi

Le 25 novembre, Mohamed Abbadi a fait le déplacement à Murcie, en Espagne. Le numéro deux d'Al Adl Wal Ihsane a tenu une réunion dans la mosquée du quartier Del Carmen avec la direction de la FIRM (Fédération islamique de la région de Murcie), en présence de son président M'Barek Demouche.

Cette organisation, non officiellement reconnue par les autorités espagnoles, contrôle plusieurs mosquées de la région à travers des institutions qui ont pignon sur rue, dont le Centre islamique “Assounna”, l'Association islamique “Assalam” ou encore l'Association islamique “Achourouk”.

La FIRM avait, en juillet dernier, organisé une manifestation devant les locaux de l'ambassade marocaine à Madrid, pour protester contre la répression dont faisaient l'objet les membres d'Al Adl Wal Ihsane au Maroc.

L'hebdomadaire électronique espagnol El Semanal Digital Independiente estime à plusieurs milliers les sympathisants d'Al Adl dans la région de Murcie. Et selon de nombreux observateurs ibériques, le mouvement du Cheikh Yassine serait en train de réussir une large implantation dans les quartiers populaires d'Andalousie et de Sebta et Melilia. De quoi mettre les services espagnols, mais aussi marocains, en état d'alerte.


El artículo comenta algunas cosas curiosas:

-Refuerzo del personal del CNI después de 2004 en Marruecos (debido al atentado del 11M entre otras cosas)

-Equipo permanente hispano-marroquí para intercambio de información en tiempo real (asuntos de terrorismo o inmigración ilegal)

-Personal en los consulados de Tánger, Tetuán, Nador; Ceuta y Melilla y provincias saharianas.

-Miembros de Información de la Guardia Civil elevando informes sobre protección de personal diplomático, empresarios y edificios consulares en Marruecos.

Y lo más importante, y relacionado con la noticia de los últimos días:

Los marroquíes nos reprochan filtrar información íntima sobre la Familia Real, reproducida luego en revistas españolas; proteger a ciertos traficantes de droga en el Rif y un intervencionismo enorme en el norte marroquí.
easy

Leo Africanus
Mensajes: 2
Registrado: 21 Mar 2009 10:22

Re: Inteligencia marroquí

Mensaje por Leo Africanus » 21 Mar 2009 10:33

En relacion al post anterior, os dejo un articulo aparecido en "Maroc Hebdo" la semana pasada.
Saludos

Le Maroc, un nid d’espions

Le contre-espionnage de la DST et de la DGED sur le qui-vive après la découverte d’une taupe espagnole à Nador.
C. Guguen
Nouvel incident diplomatique entre le Maroc et l’Espagne. Mercredi 4 mars 2009, le Centre national d’intelligence (CNI, espionnage espagnol) a rappelé en urgence l’un de ses agents en poste à Nador. Les autorités marocaines, après enquête, ont, en effet, constaté l’implication de cet espion dans «le financement d’activités subversives potentiellement nuisibles aux intérêts du Royaume». Elles ont donc exigé son rappel.

Les agents secrets en poste dans les représentations diplomatiques sont connus des services du contre-espionnage marocain. Ils ont une certaine marge de manœuvre, qui varie en fonction des relations bilatérales établies entre les deux pays. L’Espagnol expulsé, lui, semble donc avoir dépassé les “limites”. «En apportant son soutien à plusieurs activistes de la région, il a clairement franchi la ligne rouge», affirme une source marocaine.

Bien que les relations entre le Maroc et l’Espagne, toujours passionnelles, sont en cours de normalisation, cet incident rappelle que la méfiance règne toujours entre les deux pays voisins. La DGED et la DST marocaines surveillent de près les agents du CNI implantés dans le Royaume. Les coups bas et la guerre d’intox menée par les services espagnols ces dernières années sont encore dans les mémoires. Des opérations destinées à déstabiliser le Maroc ou simplement à alimenter la guéguerre que se livrent la droite et la gauche espagnole sur le dos des Marocains.

Fumisterie
Ainsi, c’est le CNI qui aurait “alimenté” en fausses informations le directeur-adjoint du quotidien espagnol El Mundo, Casimiro Garcia-Abadillo, pour son ouvrage 11 Mars, la vengeance, sorti à l’automne 2004 et qui accuse clairement les services marocains d’être derrière les attentats de Madrid du 11 mars 2004, qui ont fait 191 morts et plus de 1.800 blessés.

On peut également retrouver l’empreinte des services espagnols dans l’affaire des “officiers libres”. Annoncée le 16 octobre 2002 dans les colonnes d’El Pais, quotidien espagnol à grand tirage, la création du pseudo “Comité des officiers libres marocains”, censé dénoncer les agissements de plusieurs hauts responsables des Forces armées royales marocaines, s’est avérée être une vaste fumisterie. Ce comité a cependant permis à son seul et unique membre, le lieutenant déserteur Abdelilah Issou, de rejoindre à peu de frais l’Espagne et les rangs du CNI.

Quelques mois plus tôt, en février 2002, une autre “bourde” volontaire éclaboussait les services espagnols et l’ambassade d’Espagne à Rabat. Une prétendue rencontre secrète entre Abderrahmane Youssoufi, Premier ministre marocain en fonction, et Felipe Gonzalez, ancien chef du gouvernement espagnol, fait la Une du quotidien El Mundo dans son édition du 25 février 2002. Alors que le Maroc et l’Espagne traversent depuis quatre mois une grave crise diplomatique, le Parti populaire de Aznar, au pouvoir, se déchaîne contre Felipe Gonzalez. Le socialiste est considéré comme un véritable «traître à la nation». Il apparaîtra que cette information, démentie des deux côtés de la Méditerranée, était basée sur un “rapport” monté de toutes pièces par Fernando Arias Salgado, alors ambassadeur d’Espagne à Rabat.

Durant les années Aznar, diplomatie et espionnage ont fait bon ménage au sein des représentations espagnoles au Maroc. Le prédécesseur d’Arias Salgado, Jorge Dezcallar, en poste à Rabat jusqu’en 2001, a quitté le Maroc à cette date pour devenir le patron du CNI, très vite rejoint par l’attaché culturel de l’ambassade, Frederico Torres, qui, lui, a pris la direction du contre-espionnage espagnol. Jorge Dezcallar restera le patron des services secrets espagnols jusqu’en 2004.

Entente
La même année, l’arrivée au pouvoir du socialiste José Luis Zapatero a permis un changement de cap salutaire dans les relations maroco-espagnoles. Mais la guerre des services et les campagnes d’intox ne se sont pas terminées pour autant. Islamisme radical, terrorisme, drogue, immigration clandestine, présides occupés de Sebta et Melilia, autant de questions sensibles sur lesquelles Rabat et Madrid se voient obligés de coopérer -en insistant d’ailleurs depuis quelque temps sur “l’excellence” de leurs relations. Officiellement. Car cette belle entente affichée par les responsables politiques de chaque pays ne peut cacher la réalité de deux services, le CNI d’Alberto Saiz et la DGED de Mohamed Yassine Mansouri, qui se détestent cordialement.

La présence des services secrets espagnols sur le territoire marocain s’est nettement renforcée depuis 2005. Le ministre espagnol de l’Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, confiait ainsi en 2006 au quotidien El Correo que le Maroc est désormais un «objectif prioritaire» des services de renseignement de son pays. Ces derniers recrutent dans le Royaume des nationaux issus de toutes les couches sociales. Ces “honorables correspondants” sont rétribués en espèces sonnantes et trébuchantes ou assistés dans leurs démarches administratives, notamment pour obtenir un visa, voire pour prétendre à la nationalité espagnole. Ces sources sont traitées par des officiers de liaison qui opèrent dans des réseaux clandestins à travers le pays. Ce sont ces réseaux-là qui préoccupent les limiers du contre-espionnage marocain aussi bien ceux de la DST que de la DGED, de la Gendarmerie ou encore le 5ème bureau des Forces armées royales.

Surveillance
L’affaire du secrétaire d’État aux affaires étrangères, Ahmed Lekhrif, limogé brutalement du gouvernement le 22 décembre 2008 pour avoir obtenu la nationalité espagnole montre à quel point cette “ingérence” des services espagnols dans la société marocaine irrite les autorités du Royaume. Ahmed Lekhrif n’est certainement pas une “source” et sa marocanité n’est pas remise en cause, mais le fait qu’il soit un Sahraoui de la grande tribu des Ouled Dlim est suffisant pour que les Marocains crient au scandale. C’est tout le cynisme des Espagnols, qui ne ratent jamais une occasion pour porter des coups bas dans l’affaire du Sahara marocain. Dans ce conflit vieux de 33 ans, Madrid et Rabat ne se font pas de cadeaux. Et pour cause.

Après les attentats de Madrid, élément déclencheur d’une nouvelle stratégie de lutte contre l’extrémisme, l’Espagne a décidé de “mettre le paquet”. Les poseurs de bombe étaient pour la plupart des islamistes radicaux marocains ou Espagnols d’origine marocaine, comme l’a démontré l’enquête post-11 mars. Les agents du CNI ont donc investi les mosquées, associations et autres lieux de rassemblement des quelque 600.000 Marocains d’Espagne, première communauté étrangère du pays. Mais cette surveillance ne se limite pas à la péninsule ibérique.

Les services espagnols au Maroc, massivement implantés dans le Nord du Royaume, traquent également les “filières marocaines” de djihadistes envoyés en Irak, notamment celle de la région de Tétouan, et surveillent de près l’activité des islamistes d’Al Adl Wal Ihsane dont l’implantation sur le territoire espagnol constitue aux yeux des autorités ibériques une grave menace. La collaboration policière et judiciaire entre l’Espagne et le Maroc sur ce sujet est entière -car essentielle pour la sécurité nationale des deux voisins. Concernant le trafic de drogue, dont la connexion avec le financement d’activités terroristes en Europe a été mise en lumière par la commission d’enquête sur le 11 mars, les relations entre services espagnols et marocains sont en revanche plus compliquées. Suite au coup de filet de Nador, où plus d’une centaine de personnes -dont des officiels marocains- ont été arrêtées et attendent d’être jugés, le ministre de l’Intérieur, Chakib Benmoussa, s’est rendu le 4 février 2009 à Madrid pour rencontrer son homologue espagnol, Alfredo Pérez Rubalcaba. A l’issue de cette réunion, l’agence de presse espagnole EFE indiquait que «les deux parties se sont félicitées des efforts consentis par le Maroc en matière d’éradication de la culture du cannabis et de démantèlement des réseaux criminels qui introduisent la drogue en Espagne».

En coulisses, cependant, les autorités marocaines accusent les services espagnols de financer des «campagnes de désinformation menées par certains activistes dans le nord du Royaume», afin de décrédibiliser les efforts fournis par le Maroc. D’où l’expulsion de l’espion espagnol de Nador.

L’immigration clandestine, autre sujet de préoccupation commun au Maroc et à l’Espagne, mobilise aussi les services des deux pays voisins. Des informations sont quotidiennement échangées sur le sujet entre le CNI et la DGED, afin de démanteler les réseaux de trafiquants qui sévissent au Nord et au Sud du Royaume. Un effort commun qui commence à porter ses fruits: en 2008, le nombre d’immigrants illégaux à avoir débarqué le long des côtes espagnoles en provenance du Maroc a chuté de 60%. Ce qui n’empêche pas chaque camp de dénoncer régulièrement le manque d’implication, voire la passivité complice, de l’autre partie.

Bien que la coopération avec le voisin du Nord soit inévitablement amenée à se développer dans les années à venir -à la fois par nécessité et par intérêt mutuel- les questions sensibles nécessitant la vigilance des services marocains et espagnols resteront, quant à elles, sources de conflit potentiel, comme vient de le rappeler l’expulsion de l’agent secret espagnol. Si le CNI et la DGED sont désormais “condamnés” à collaborer, la méfiance entre les deux services, elle, n’est pas près de disparaître.



Responder

Volver a “Servicios Hostiles”